Le jeune Hector découvre un jour en furetant dans le grenier, un flageolet. Il l'essaie immédiatement et en tire des sons qui lui plaisent. Mais il veut toujours plus ! La musique l'attire ! Une vocation est née. Il se fait offrir une guitare et apprend vite à en jouer. Il a douze ans quand il écrit ses premières partitions. Ses deux soeurs l'admirent et l'encouragent. 

Il n'a que treize ans quand ce coeur avide d'idéal s'emplit d'un amour fervent pour Estelle Duboeuf, âgée, elle, de dix huit ans et fiancée.

Elle porte des petits brodequins roses qui chaussent divinement ses pieds mignons et il en parlera dans ses mémoires. Ces petits brodequins dépassant des froufrous d'une robe longue le hantent !

La rencontre a eu lieu au cours d'une réunion familiale, dans le

Gde sure

village de Meylan, en Isère, au pied des montagnes étincelantes dont il gardera toujours la vision dans son coeur, l'associant à Estelle.

Cet amour impossible le hantera toute sa vie. Il retrouvera Estelle après la mort de sa seconde épouse, mais la bien-aimée idéale est devenue une vieille dame paisible, bien éloignée des débordements de la passion. Après une existence bien remplie de mère et d'épouse, elle ne veut entendre parler que d'une bonne et CALME amitié. Le fougueux Hector, bien que vieilli, espérait autre chose… Il doit se résigner.

Nous n'en sommes pas encore là Pour le moment, la famille d'Hector adolescent le destine à la médecine, comme son père. Après avoir passé son baccalauréat à Grenoble, le jeune homme monte à Paris pour étudier. Il n'est pas fâché de s'éloigner de sa ville natale et de ses bourgeois d'habitants, même si la séparation avec ses soeurs le désole : mais ils s'écriront ! Hector comme elles à la plume tellement facile !

À Paris, les études le rebutent. La musique est devenue le moteur de sa vie; Il sèche les cours de la faculté et est admis parmi les élèves de Jean-François Lesueur, auteur et compositeur d'opéras et de musique religieuse, qu'il admire et respecte. 

Fureur de ses parents qui croient savoir mieux que personne ce qui lui convient… On menace de lui couper les vivres…

à suivre…