Sur les photos de mon enfance, au premier plan, on voit toujours le chien Toby, qui vécut une quinzaine d'années et veilla sur la nichée de cinq enfants dont il s'estimait responsable. 

L'année de mes onze ans, vers midi, notre mère voit arriver Toby et pousse une exclamation. Notre brave toutou porte avec adresse dans sa gueule en long plat en inox sur lequel est exposé un magnifique pâté en croute, encore chaud. D'abord le spectacle insolite nous arrache des éclats de rire. Toby dépose son offrande à nos pieds; Embarras de ma mère : fallait-il devenir complice d'un larcin ? Et pire, en être les bénéficiaires.

Après enquête, aucun vol de pâté en croute n'est signalé dans le voisinage immédiat. Nous n'allions tout de même pas mander le tambour de ville pour un avis à la population concernant un pâté en croûte… et son plat. A l'unanimité il est donc décidé de garder le mystérieux pâté qui a refroidi, et que nous avons dégusté. Inutile de dire que Toby eut aussi sa part.

Après si longtemps il y a prescription et je peux donc raconter cet épisode de la vie de Toby sans culpabiliser ! Il n'avait pas conscience de mal faire et chez nous jamais  il ne déroba ne fût-ce qu'un quignon de pain.

Sur cette photo prise par notre père il y a la famille au complet, ma grand-mère qui porte le petit dernier, notre mère, et moi grande gigue de 13 ans qui vient de faire une poussée de croissance et cache ses cuisses maigriottes  sous une robe trop longue. Devant, ma plus jeune soeur, le premier frère et ma soeur cadette qui caresse l'indispensable Toby.

img204